Mes dernières cousettes

lundi 19 juin 2017








Un petit haut évasé sans manches, puis une nouvelle jupe en double-gaze, j'adore ce jaune moutarde !
Une pochette toute doublée de tissu tatoué, fermée par un joli tourniquet.
Une parution presse dans Prima pour mon panier en rabane ♥
Et un nouveau tote-bag, en vichy, on ne se refait pas... Je vous reparle très vite de ce dernier car le tuto est presque prêt !

Patron du petit haut évasé issu de ce livre
Tuto de la pochette à tourniquet ici
Panier en rabane : modèle issu de mon livre
 

Chez Félix

vendredi 9 juin 2017









Comme je le disais sur Instagram, ce bleu je l'ai choisi à sa naissance et je l'ai remis ici, dans la nouvelle maison. Il n'a même pas été question une seconde de changer de couleur. C'était une évidence, c'est devenu le "bleu Félix" (bon en vrai, je le redis peut-être pour la 1000ème fois mais c'est le "bleu Nocturne" de chez Casto !)

Et voilà, le week-end dernier, comme une envie de faire des petits changements dans la pièce, de bouger le lit cabane pour redonner plus d'importance à ce mur bleu.
Et puis garder les essentiels de Félix : ses camions bien garés sous le lit et sa cuisinette.
A moi, il ne me reste plus qu'à réparer les portes de sa petite armoire pour cacher un peu le bazar des vêtements. Vous avez vu, il n'en manque pas hein ? Je viens d'y transférer les habits trop petits de son frère, qui lui se retrouve l'armoire vide !


Lit cabane Alinéa
Cuisinette Ikéa
Casiers en métal La Redoute
Mobile lapin roi Rose Minuscule
Coussin nuage en tissu vintage
Lampe Miffy
Bacs en tissu Hema
Affiche Lion chez L'arbre aux souhaits
Le reste, c'est soit du home-made, soit chiné ;-)
Si vous avez des questions, n'hésitez pas...

Je vous souhaite un très bon week-end !


Et hop, une toute nouvelle vieille table !

mardi 30 mai 2017



J'ai cherché longuement et avec beaucoup de patience une table ancienne en chêne. Tout d'abord, il fallait qu'elle soit aux bonnes dimensions pour ma salle à manger, qui est un espace bien délimité dans la maison, donc je n'avais pas trop de marge. Ensuite, sachant que je voulais conserver seulement le plateau, je me suis vite rendu compte qu'il fallait cibler uniquement les tables dites "monastère", vous savez celles avec deux gros pieds reliés par une barre centrale ? En effet, elles sont souvent très facilement démontables contrairement aux tables anciennes classiques à quatre pieds.
Et puis bien sûr, j'avais d'autres critères : une belle épaisseur pour le plateau, une table pas trop récente ayant vécu avec du charme, du bois pas trop uniforme, j'aime les noeuds et les veines du bois, les fissures et les petits trous...
Breeeef, j'ai fini par trouver après des mois (sans rire) sur Le bon coin, à guetter tout ce qui passait dans ma région. Et un jour, j'ai flashé, j'ai fait valider par Monsieur, et je suis partie la chercher !
Une belle table du début de 20ème siècle. Voici la chose, telle que je l'ai achetée :


Pour relooker un peu tout ça et retrouver la couleur claire du chêne, j'ai une gentille copine qui m'a prêté sa ponceuse à bande. Et là, révélation : non mais c'est génial ce truc ! Dire que j'en ai toujours bavé avec mes petites ponceuses vibrantes...!! C'est super efficace pour décaper tout le vernis d'un plateau comme celui-ci. Sans rire, j'ai mis très peu de temps à en venir à bout. Ca a été la bonne surprise de l'histoire moi qui m'attendait à y passer des heures et des heures...

Ensuite, nous avons commandé à un ami qui est soudeur deux pieds en acier, deux simples "carrés", que j'ai peint en noir mat.

Une fois fixés au plateau, il ne me restait qu'à protéger le bois mis à nu. J'ai trouvé chez Casto une huile invisible (celle-ci) car je voulais garder un aspect bois brut (pas brillant) et non teinté.

Bilan : on adore ce bois qui réchauffe notre intérieur plutôt moderne (et notre cuisine Ikéa toute blanche).
Prochain boulot : remplacer le petit buffet fleuri ! Je trouve que les deux bois côte à côte ne s'accordent pas. Alors bientôt, il y aura à la place tout autre chose...
Affaire à suivre ;-)












Ma petite robe en chambray

jeudi 25 mai 2017







Tout est parti d'une envie de petites rayures fines et d'un coup de coeur pour la qualité du chambray de la boutique Little Fabrics.

Je me suis basée sur un de mes patrons préférés, celui que je couds les yeux fermés et en toute confiance parce que je sais que la coupe est parfaite. Il s'agit de la blouse "L'indispensable" de Delphine et Morissette.


Je me suis amusée avec le sens de rayures en coupant le corsage, les manches et les poches avec les rayures horizontales ; et à l'inverse, la jupe avec les rayures verticales.

Puis, voici les modifications précises que j'ai apportées au patron :
1) j'ai raccourci les manches de 18 cm ; cela m'a permis de faire un ourlet puis un double revers, simplement fixé par un petit point cousu à la main. C'est chouette car la particularité du chambray est que le recto et le verso sont identiques.
2) j'ai rallongé les basques, en coupant des rectangles de 65 cm de hauteur (pour une robe qui arrive juste sous les genoux, sachant que je mesure 1,62m).
3) j'ai ajouté des poches plaquées : deux simples rectangles de 17 x 20 cm avec un ourlet en haut et les trois autres côtés simplement rentrés sur 1 cm. Je les ai cousues à 16 cm du corsage et 8 cm des coutures latérales de la jupe.

Comme indiqué dans le patron j'ai réalisé un biais dans le chambray, cela fait vraiment une jolie finition à l'encolure.

Et voilà !

N'hésitez pas à me montrer vos petites robes rayées vous aussi !
En me laissant un petit mot ici ou sur instagram ;-)