Ma robe vichy

mardi 4 octobre 2016


Je me suis cousu une longue robe en vichy. J'aime ce tissu qui garde le froissé de la machine à laver, ça lui ajoute du charme, du vécu (trouvé au Marché St Pierre à Paris).
Même si ce n'est pas une longueur que je porte habituellement avec mon petit mètre 62, que voulez-vous j'en avais envie et je résiste rarement à mes envies :-)
Alors j'ai tenté ; au pire je refais l'ourlet du bas dans quelque temps !

Comme j'avais la forme générale en tête sans patron précis, j'ai improvisé autour d'un de mes préférés :  l'indispensable de Delphine et Morissette (réalisée ici en dentelle). J'ai coupé le devant en deux parties et le décolleté en V, j'ai rallongé la jupe et raccourci les manches. Et pour les finitions, je voulais des boutons dorés !

J'ai utilisé pour la première fois un accessoire trop trop bien : un pied fronceur.
Moi qui suis une fanatique des blouses et robes froncées, je me suis décidée à investir dans ce petit truc qui ne paye pas de mine (et qui coûte moins de 15€ pour ma machine Pfaff).
J'ai cru que c'était magique. Fini les deux fils de fronces à passer puis à tirer pour bien répartir les plis... ça se fait tout seul, tout seul. Tellement incroyable que je me suis dit que vous ne me croiriez pas alors j'ai filmé !!



Pour répondre à votre question qui je suis sûre vous titille : plus on augmente la longueur du point, plus les fronces seront serrées. Il vaut donc mieux faire des tests sur une chute de tissu. 
Moi je prend un morceau de 10 cm que je remesure après fronçage. Ca m'indique très simplement un taux de fronçage. 
Dans le cas d'un vêtement comme cette robe, je dois faire correspondre la différence de largeur entre le bustier et la jupe avec mon taux de fronçage.

Et voilà !
Vous n'avez donc pas fini de voir des vêtements de ce genre ici, pauvres de vous :-)









Bottines Cyrillus
Montre Casio
Collier lune La tête de Sophie