Je me démaquille avec des fleurs... et sans créer de déchets

lundi 7 décembre 2015


C'est si simple ! A partir de chutes de tissus, en quelques coups de ciseaux, je me suis créé un semainier de lingettes à démaquiller.

Résultat :
C'est un plaisir chaque soir de profiter du joli motif à fleurs, j'ai utilisé un de mes coupons préféré pour me motiver !

C'est une fierté de ne plus jeter un coton qui aura eu une durée de vie de quelques secondes, quasiment du paquet à la poubelle... c'est plus écologique et économique ;-)

C'est ultra agréable de sentir sur ma peau la douceur du molleton (je précise que le motif fleuri est purement décoratif, je n'utilise mes lingettes que du côté uni)

Cela ne consomme pas plus d'électricité ou de lessive qu'avant : je profite d'une de mes machines de la semaine pour y glisser mon filet de lavage rempli des quelques lingettes sales. Et elles sèchent ensuite en quelques heures.
Avec ces 7 lingettes au total, je tourne sans problème.





J'ai fait quelques photos pour vous guider si besoin, avec mes petites astuces.

Pour commencer, le choix des tissus :
Je recommande un molleton de coton de bonne qualité gratté sur l'envers (c'est un tissu utilisé habituellement pour les sweats). Il suffit de l'utiliser sur sa face douce, l'envers du sweat en fait !

Pour l'autre face décorative, choisissez plutôt un coton fin et souple, un voile par exemple ; il vivra mieux au fil des lavages, se froissera moins aussi.



Je me suis fabriqué un gabarit en papier cartonné de dimension 10 x 15 cm 
(ou sinon, une carte postale qui traîne et le tour est joué !)


Pour aller encore plus vite j'ai commencé par couper mes 2 tissus en bandes de 15 cm de haut.
Il n'y a plus qu'à tracer puis couper en ayant préalablement superposé les bandes de tissus, endroit contre endroit. Comme ça, je coupe en une seule fois, c'est plus rapide et précis.


J'épingle rapidement pour maintenir en place les 2 épaisseurs de tissu.


Je couds tout autour en laissant une ouverture sur un des grands côtés.
J'arrondis les coutures dans les angles et je coupe ensuite les 4 coins.
J'ai volontairement pris des marges de coutures importantes (je pique à 1 cm du bord) pour ne pas avoir ensuite à fermer l'ouverture à la main : ça sera la surpiqure à 0,5 cm du bord qui fermera la lingette ! Hop, encore gain de temps !


Il n'y a plus qu'à retourner les lingettes sur l'endroit et donc surpiquer (avec un fil de couleur assorti, c'est plus joli !)



Bref, je vous encourage vivement, vous toutes couturières amatrices, même débutantes, à vous lancer si ce n'est déjà fait ! C'est un projet simplissime et qui paraît ennuyeux... à tel point que finalement on ne le fait pas. Et c'est bien dommage quand on voit le bénéfice. J'avais cette envie depuis belle lurette, et depuis que je les ai, je me blâme de ne pas les avoir cousues avant.

PS : pour les non-couturières, on en trouve des toutes faites et très jolies, pour quelques euros, dans les magasins bio ou sur Etsy par exemple