★ Quand il faut jouer avec l'usure du temps...

mardi 5 avril 2011


Il y a quelques mois, j'avais déniché ce lot de chaises Casala, certaines en excellent état qui sont restées brutes, certaines que j'ai simplement poncées puis cirées, et enfin certaines qui avaient lamentablement été abandonnées au fin fond de mon garage tellement leur état me donnait la flemme de m'attaquer à leur restauration...
Puis vint un appel de mon petit frère, fraîchement installé dans un nouvel appart toulousain avec sa chérie, et à la recherche désespérée de chaises pour sa cuisine ayant un peu plus d'âme que celles des grandes surfaces de meubles. Il avait lui aussi succombé au charme des Casala, alors je lui en ai promis une pour son anniversaire !

Et donc, j'ai dû jouer avec l'usure du temps... le bois avait sacrément souffert sur le dossier : tout le placage était gondolé et de gros morceaux avaient même sauté par endroits. Je l'ai donc entièrement enlevé pour mettre à nu le bois en-dessous, que j'ai restauré avec de la pâte à bois pour combler les manques restants et ensuite soigneusement poncé pour le rendre aussi doux et lisse que le reste de la chaise. Mais voilà, une fois ceci effectué, j'étais obligée de la peindre...
Et pour éviter de cacher ce joli numéro 4 qui se trouve sur le côté... pour conserver cette jolie teinte chaleureuse de bois couleur miel... j'ai peint uniquement le dossier et l'assise, en rappel. La couleur, capuccino, a été choisie par le petit frère et je dois dire que ça lui va comme un gant à la Casala.